Sorry

This feed does not validate.

In addition, interoperability with the widest range of feed readers could be improved by implementing the following recommendation.

Source: http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/xmlsrv/atom.php?blog=1

  1. <?xml version="1.0" encoding="utf-8"?><feed version="0.3" xml:lang="fr-FR" xmlns="http://purl.org/atom/ns#">
  2. <title>Dominique Auti&#233;</title>
  3. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php" />
  4. <tagline>Le site personnel de Dominique Auti&#233;, &#233;diteur et &#233;crivain</tagline>
  5. <generator url="http://b2evolution.net/" version="0.9.1">b2evolution</generator>
  6. <modified>2009-03-15T14:35:44Z</modified>
  7. <entry>
  8. <title type="text/plain" mode="xml">Cl&#244;ture du blog</title>
  9. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/30/dominique_autie_1949_2008" />
  10. <author>
  11. <name>admin</name>
  12. </author>
  13. <id>http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/30/dominique_autie_1949_2008</id>
  14. <issued>2008-05-30T13:00:46Z</issued>
  15. <modified>2009-03-15T14:35:44Z</modified>
  16. <content type="text/html" mode="escaped"><![CDATA[ <p>&nbsp;<br />
  17. <div align="center"><font size="4" color="#7788AA"><strong>Cl&#244;ture du <em>blog</em><br />
  18. </strong></font></div>
  19. <p>&nbsp;</p>
  20. <p>&nbsp;</p>
  21. <br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/dominique_autie2008.jpg"/></p>
  22. <div align="center"><strong>Dominique Auti&#233;</strong></div>
  23. <br />
  24. <div align="center">6 octobre 1949 - 27 mai 2008
  25. </div>
  26. ]]></content>
  27. </entry>
  28. <entry>
  29. <title type="text/plain" mode="xml">S&#233;tif, mai 1945, massacres en Alg&#233;rie, de Roger V&#233;tillard</title>
  30. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/08/r_vetillard_setif_mai_145" />
  31. <author>
  32. <name>admin</name>
  33. </author>
  34. <id>http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/08/r_vetillard_setif_mai_145</id>
  35. <issued>2008-05-08T04:32:45Z</issued>
  36. <modified>2008-05-08T04:32:45Z</modified>
  37. <content type="text/html" mode="escaped"><![CDATA[ <p>&nbsp;</p>
  38. <div align="center"><font size="3" color="#7788AA"><em>8 mai 1945 dans l'Est alg&#233;rien&nbsp;:</em></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="7" alt="cadratin_blog" /><br /><font size="4" color="#7788AA">un entretien avec <strong>Roger V&#233;tillard</strong></font></div>
  39. <p>&nbsp;</p>
  40. <img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/vetillard_ouverture.jpg" width="516" height="529" alt="vetillard_ouverture" />
  41. <p>&nbsp;</p>
  42. <p><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <font size="2"><font color="#666666"><strong><em>S&#233;tif, mai 1945, massacres en Alg&#233;rie</em></strong>, de <strong>Roger V&#233;tillard</strong>,<br /><a href="http://www.editions-de-paris.com" target="_blank">&#201;ditions de Paris</a>, 590&nbsp;pages, janvier 2008, 39&nbsp;&#8364;. ISBN&nbsp;: 978-2-85162-213-6.</font></font></p>
  43. <div align="center"><font size="1" color="#7788AA"><a href="http://www.intexte.net/docenligne/carte_est_algerien.jpg" target="_blank">Visualiser une carte de l'Est alg&#233;rien [cliquer ici]</a>.</font></div>
  44. <p>&nbsp;</p>
  45. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="35" height="180" alt="cadratin_blog" /></span><br />
  46. <div align="right"><font color="#811829"><em>Roger V&#233;tillard est m&#233;decin sp&#233;cialiste &#224; Toulouse. Sans doute, l'&#339;il d'&#233;diteur qui est le mien n'a-t-il pas eu grand m&#233;rite &#224; jauger d'embl&#233;e l'ampleur et la rigueur du travail d'historien qui, pendant sept ans, a requis son auteur. Toutefois, plus que le &#171;&nbsp;poids&nbsp;&#187; du livre (Roger V&#233;tillard vous confie volontiers que l'&#233;diteur a n&#233;goci&#233; le retrait de quelques centaines de pages du manuscrit initial), m'impressionne cette n&#233;cessit&#233; imp&#233;rieuse qui, pour des raisons intimes, li&#233;es &#224; ce que d'autres nomment le </em>roman familial<em>, peut faire de chacun de nous un historien, un </em>chercheur<em> dans l'acception la plus rigoureuse de ce mot. Je remercie Roger V&#233;tillard d'avoir bien voulu ici parler de son cheminement et de son livre.</em> D.A.</font></div>
  47. <p>&nbsp;</p>
  48. <p><font color="#666666"><em>Dominique Auti&#233; :</em> Un volume de pr&#232;s de 600 pages, plus de 1 200 notes et r&#233;f&#233;rences infrapaginales, 70 pages d&#8217;annexes et pas moins de 20 de bibliographie&#8230; Votre livre impressionne par sa forme, la rigueur &#233;vidente d&#8217;organisation des contenus collect&#233;s (dont un grand nombre de t&#233;moignages directs que vous avez recueillis), mais aussi par la prudence de vos analyses et de vos conclusions. Comment les historiens &#171;&nbsp;professionnels&nbsp;&#187; accueillent-ils le mat&#233;riau que votre ouvrage verse au dossier de cet &#233;pisode dramatique de la pr&#233;sence fran&#231;aise en Afrique du Nord&nbsp;?</font></p>
  49. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/roger_vetillard.jpg" width="198" height="430" alt="roger_vetillard" /><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="40" alt="cadratin_blog" /></span>
  50. <p><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="9" alt="cadratin_blog" /><br /><strong>Roger V&#233;tillard</strong> : Mon livre a paru en f&#233;vrier 2008. Lorsque j'ai pr&#233;sent&#233; le manuscrit, en janvier 2005, au professeur Guy Pervill&#233;, &#233;minent sp&#233;cialiste de l'histoire de l'Alg&#233;rie, j'ai &#233;t&#233; tr&#232;s agr&#233;ablement surpris par l&#8217;accueil imm&#233;diatement ouvert et int&#233;ress&#233; qu&#8217;il m&#8217;a r&#233;serv&#233;. Rapidement il m'a assur&#233; que je faisais un v&#233;ritable travail original d'historien et m'a donn&#233; divers documents et r&#233;f&#233;rences compl&#233;mentaires. Au fil de l'approfondissement de mes recherches, j'ai pu mesurer l'int&#233;r&#234;t qu'il portait &#224; mes &#233;tudes. Puis j'ai eu l'occasion de rencontrer d'autres historiens comme le professeur Jacques Fr&#233;meaux qui enseigne &#224; la Sorbonne, Robert Davezac docteur en histoire et Alain Lardillier, doctorant, d'&#233;changer avec eux des courriers, des communications t&#233;l&#233;phoniques, des courriels. Ils m'ont conseill&#233;, fourni des documents, des remarques, des conseils, des renseignements toujours pertinents. Et quand mon livre est sorti, je l'ai adress&#233; &#224; plusieurs sp&#233;cialistes de l&#8217;histoire de l'Alg&#233;rie. Certains m'ont &#233;crit pour me dire tout le bien qu'ils en pensent. Jean Monneret le confirme sur son blog, Maurice Faivre, Anette Marchand, Jean-Paul Angelleli, Jacques Fr&#233;meaux m'ont annonc&#233; une recension &#224; para&#238;tre dans diff&#233;rentes publications. J'attends l'avis annonc&#233; d'autres historiens de r&#233;f&#233;rence comme Jacques Cantier, Daniel Lefeuvre, Gregor Mathias et Jean-Jacques Jordi. Enfin j'ai eu l'occasion de pr&#233;senter mon travail dans une assembl&#233;e d'historiens &#224; l'Universit&#233; du Mirail en mars dernier&nbsp;; l'accueil a &#233;t&#233; si sympathique que je m'en suis &#233;tonn&#233;, ce qui m'a valu cette r&#233;ponse lumineuse de Jean-Fran&#231;ois Soulet&nbsp;: <font color="#666666"><em>&#171;&nbsp;Mais il n'y a pas, contrairement &#224; ce qui se passe en m&#233;decine, cher docteur, d'exercice ill&#233;gal de l'histoire&nbsp;!&nbsp;&#187;</em></font> Pour r&#233;sumer ce que me disent tous les historiens je veux rapporter les propos de Guy Pervill&#233; dans la pr&#233;face qu&#8217;il a donn&#233;e &#224; mon livre&nbsp;: <font color="#666666"><em>&#171;&nbsp;Il ne s&#8217;agit pas de faire de ce livre la seule r&#233;ponse &#224; toutes les questions que nous devons nous poser au sujet de ces terribles &#233;v&#233;nements. L&#8217;important est qu&#8217;il puisse contribuer &#224; entretenir le d&#233;bat entre tous les chercheurs, au lieu de laisser s&#8217;imposer une nouvelle orthodoxie&nbsp;&#187;</em></font>&nbsp;; et ce que me dit Hocine Benhamza&nbsp;: <font color="#666666"><em>&#171;&nbsp;D&#233;sormais, avant d'&#233;crire sur Mai&nbsp;45 et les circonstances qui ont pr&#233;c&#233;d&#233; et suivi, tout  le monde devra se r&#233;f&#233;rer &#224; votre livre&nbsp;&#187;</em></font>.</p>
  51. <p><font color="#666666"><em><strong>D.A.</strong> :</em> Aujourd&#8217;hui, les Alg&#233;riens affirment que cette r&#233;pression a fait 45&nbsp;000 victimes, tandis que la France en reconna&#238;t entre 1&nbsp;500 et 8&nbsp;000. Vous dressez un tableau, sur deux pages, avec les sources pr&#233;cises des estimations class&#233;es par ordre progressif&nbsp;: de 1&nbsp;000 &#224; 100&nbsp;000 morts&#8230; Vous montrez qu&#8217;il est difficile, voire impossible, de conna&#238;tre leur nombre exact, mais vous insistez sur la n&#233;cessit&#233; &#171;&nbsp;d&#8217;admettre qu&#8217;il y en eut beaucoup trop&nbsp;&#187;. Vous consacrez quatre chapitres au contexte &#233;conomique, aux signes avant-coureurs et au climat d&#233;l&#233;t&#232;re qui s&#8217;&#233;tait install&#233; en Alg&#233;rie, aux manifestations du 1<sup><font size="1">er</font></sup>&nbsp;Mai&nbsp;1945 ainsi qu&#8217;aux relations entre les musulmans et la France&nbsp;: le drame &#233;tait-il &#233;vitable, comment expliquer qu&#8217;il ait pris de telles proportions&nbsp;?</font></p>
  52. <p><strong>R.V.</strong> : Ce sont &#233;galement les questions que je me suis pos&#233;es. Le titre initial de mon travail avant que mon &#233;diteur ne le modifie est celui qui exprime le mieux ce que j&#8217;apporte au d&#233;bat&nbsp;: <em>Mai 1945 en Alg&#233;rie&nbsp;: la r&#233;volte musulmane et sa r&#233;pression &#8211; &#201;l&#233;ments pour un diagnostic historique</em>. Je n&#8217;apporte donc pas toutes les r&#233;ponses mais des r&#233;ponses. Le nombre des victimes ne sera jamais connu de fa&#231;on exacte. Pour plusieurs raisons&nbsp;: l'&#233;tat civil musulman n'&#233;tait pas aussi rigoureusement tenu qu'il ne l'&#233;tait pour les Europ&#233;ens, et les familles n'ont pas d&#233;clar&#233; les d&#233;c&#232;s par crainte de nouvelles repr&#233;sailles, pour ne pas perdre des tickets de rationnement en cette p&#233;riode de p&#233;nurie alimentaire, ou encore parce qu'elles ne savaient pas si les absents &#233;taient arr&#234;t&#233;s ou s'&#233;taient enfuis. Mais il est tout de m&#234;me possible d'&#233;valuer le nombre de morts en croisant diverses informations cr&#233;dibles&nbsp;: les morts qui sont aujourd'hui annonc&#233;s dans chaque commune alg&#233;rienne, les cartes de rationnement comme l'a fait l'historien Charles-Andr&#233; Julien, les rapports officiels de l'&#233;poque notamment ceux du commissaire Berg&#233;, la comparaison avec d'autres drames comme les victimes de la guerre d'Espagne, la Commune de Paris, et enfin les &#233;valuations des historiens cons&#233;quents. C'est ce que j'ai fait et j'arrive &#224; estimer le nombre des victimes entre 5&nbsp;000 et 10&nbsp;000. Le chiffre alg&#233;rien officiel de 45&nbsp;000 morts n'est pas soutenable objectivement. M&#234;me les &#233;crivains les plus favorables aux th&#232;ses officielles alg&#233;riennes comme Jean-Louis Planche, n'arrivent pas &#224; annoncer des chiffres sup&#233;rieurs &#224; 30&nbsp;000.</p>
  53. <p>L'histoire de la pr&#233;sence de la France en Alg&#233;rie n'a jamais b&#233;n&#233;fici&#233; d'une vue &#224; long terme. La France n'a pas eu, jusqu'en 1945 et m&#234;me jusqu'en 1961, de politique alg&#233;rienne constante. &#192; chaque nouveau r&#233;gime, les objectifs changent&nbsp;: l'aventure coloniale imagin&#233;e par la Restauration, devient sous la Monarchie de Juillet une id&#233;e de protectorat, puis de conqu&#234;te territoriale qui s'ach&#232;vera en 1847 avec la reddition d'Abd el Khader et en 1857 avec la fin de la conqu&#234;te de la Kabylie. La colonisation de peuplement que le Second Empire veut mettre en &#339;uvre &#233;choue parce que la d&#233;mographie fran&#231;aise de la seconde moiti&#233; du XIX&#176;&nbsp;si&#232;cle ne le permet pas et que le contexte &#233;conomique n'est pas tr&#232;s favorable. C'est pourquoi Napol&#233;on&nbsp;III imagine dans les ann&#233;es 1860 de mettre en place un royaume arabe qui serait associ&#233; &#224; la France. La III&#176;&nbsp;R&#233;publique met fin &#224; cette &#233;ventualit&#233; et veut faire de l'Alg&#233;rie une province fran&#231;aise mais en ne permettant pas &#224; tous les alg&#233;riens de devenir des citoyens fran&#231;ais de plein droit. Et toutes les tentatives imagin&#233;es pour &#171;&nbsp;d&#233;mocratiser&nbsp;&#187; la repr&#233;sentation des groupes indig&#232;nes se heurtent &#224; de nombreuses r&#233;ticences et r&#233;sistances. L'administration et les repr&#233;sentants des Europ&#233;ens d'Alg&#233;rie pour diverses raisons s'opposent &#224; toute int&#233;gration m&#234;me progressive (comme le projet Blum-Viollette) et imaginent diviser les populations, pour mieux maintenir le statu quo  (Kabyles contre Arabes, religieux contre messalistes cens&#233;s &#234;tre proches des communistes, francophiles contre les autres, etc.) Se sont rajout&#233;es en 1945 des causes &#233;conomiques (li&#233;es pour l'essentiel &#224; l'isolement de l'Alg&#233;rie en p&#233;riode de guerre, qui a d&#251; vivre en quasi autarcie durant cinq ans), des causes religieuses exploit&#233;es par des islamistes, un contexte international favorable &#224; la fin des empires coloniaux, la pr&#233;sence des arm&#233;es alli&#233;es sur les territoires nord-africains, la perspective de la conf&#233;rence de San Francisco en juin 1945, l&#8217;absence des jeunes europ&#233;ens(15&nbsp;% de la population europ&#233;enne) enr&#244;l&#233;s en masse dans l&#8217;arm&#233;e d&#8217;Afrique qui luttait encore en Europe contre les Allemands. Les erreurs, les fautes ont &#233;t&#233; nombreuses. Et l'abrogation du d&#233;cret Cr&#233;mieux par le r&#233;gime de Vichy en 1940, qui retirait la citoyennet&#233; fran&#231;aise aux juifs d'Alg&#233;rie a fait dire &#224; Fehrat Abbas&nbsp;: <font color="#666666"><em>&#171;&nbsp;Comment pouvons avoir confiance dans un pays qui est capable de retirer aux petits-enfants ce qu'il a donn&#233; aux grands-parents&nbsp;?&nbsp;&#187;</em></font>.</p>
  54. <p>Si bien que, pour &#233;viter cela, il aurait fallu que beaucoup de gens prennent conscience de la probl&#233;matique alg&#233;rienne, que les circonstances internationales soient moins propices, que l'administration fran&#231;aise soit plus pr&#233;sente et mieux organis&#233;e, que les forces de l'ordre soient plus efficaces dans la pr&#233;vention. Faut-il rappeler que la seconde guerre mondiale n&#8217;&#233;tait pas termin&#233;e, que les combats se poursuivaient sur plusieurs fronts r&#233;siduels, que les plus hautes autorit&#233;s d&#233;non&#231;aient dans les insurg&#233;s des supp&#244;ts du nazisme&nbsp;? Bref, il y avait tant facteurs favorisant ce soul&#232;vement, tant de facteurs incitant &#224; une r&#233;pression implacable, qu'il para&#238;t bien difficile d'imaginer une conjonction de faits inverses permettant d'&#233;viter ou de limiter ces affrontements dramatiques, qui apparaissent aujourd&#8217;hui avoir &#233;t&#233; in&#233;luctables dans un environnement tr&#232;s particulier. Mais qui peut dire comment auraient &#233;volu&#233; les esprits en Alg&#233;rie si le projet Blum-Viollette &#8211; qui proposait de donner dans un premier temps &#224; 36&nbsp;000 musulmans la citoyennet&#233; fran&#231;aise, leur permettant notamment de b&#233;n&#233;ficier du droit de vote dans le premier coll&#232;ge &#8211; avait &#233;t&#233; mis en application&nbsp;? Ce projet avait &#233;t&#233; bien accueilli par les musulmans d'Alg&#233;rie comme ceux regroup&#233;s autour de Fehrat Abbas, mais refus&#233; par certains milieux nationalistes (PPA, Oul&#233;ma) et par les repr&#233;sentants des Fran&#231;ais d'Alg&#233;rie. Finalement ce projet de loi ne sera m&#234;me pas pr&#233;sent&#233; au Parlement. Son abandon a sonn&#233; le glas de certaines esp&#233;rances.</p>
  55. <p><font color="#666666"><em><strong>D.A.</strong>&nbsp;:</em> Quelques semaines apr&#232;s la parution de votre livre, l&#8217;ambassadeur de France en Alg&#233;rie, Bernard Bajolet, a &#233;voqu&#233; lors d&#8217;un discours &#224; l&#8217;universit&#233; de Guelma, le 27&nbsp;avril 2008, les <em>&#171;&nbsp;&#233;pouvantables massacres&nbsp;&#187;</em> perp&#233;tr&#233;s le 8&nbsp;mai 1945. Il a soulign&#233; <em>&#171;&nbsp;la tr&#232;s lourde responsabilit&#233; des autorit&#233;s fran&#231;aises de l&#8217;&#233;poque dans ce d&#233;cha&#238;nement de folie meurtri&#232;re [qui a fait] des milliers de victimes innocentes, presque toutes alg&#233;riennes. Aussi durs que soient les faits, la France n&#8217;entend pas, n&#8217;entend plus, les occulter. Le temps de la d&#233;n&#233;gation est termin&#233;&nbsp;&#187;</em>, a-t-il ajout&#233;. Reconnaissance des faits, repentances, <em>mea culpa</em> se multiplient ces temps-ci de la part des &#201;tats, qu&#8217;il s&#8217;agisse du colonialisme ou d&#8217;exactions perp&#233;tr&#233;es dans le cadre de conflits traditionnels, parfois tr&#232;s anciens. Dans le cas particulier de l&#8217;Alg&#233;rie et, plus pr&#233;cis&#233;ment, de la trag&#233;die de Mai&nbsp;1945, quelles cons&#233;quences positives attendre d&#8217;une telle d&#233;marche de la France, et &#224; quelles conditions&nbsp;?</font></p>
  56. <p><strong>R.V.</strong> : Je ne me place pas au niveau diplomatique. Dans les propos tenus par un ambassadeur fran&#231;ais, il y a le souci de pr&#233;server les projets politiques&nbsp;: ici c'est l'Union M&#233;diterran&#233;enne, les &#233;changes &#233;conomiques ou l'approvisionnement p&#233;trolier et gazier&#8230; Je tente, et je sais que c'est difficile, de rester au niveau historique sans tomber, comme Benjamin Stora, dans l&#8217;histoire compassionnelle.</p>
  57. <p>Ceci dit, ce qui s'est pass&#233; en Alg&#233;rie en 1945 doit-il relever d'une d&#233;marche de repentance&nbsp;? En premier abord, il faut pr&#233;ciser qu'il ne peut s'agir de crimes contre l'humanit&#233; dont la d&#233;finition est tr&#232;s claire, m&#234;me si la jurisprudence apparue avec le proc&#232;s Barbie, comme le d&#233;montre bien le professeur Pervill&#233;, &#233;largit cette notion. S'agit-il de crimes de guerre&nbsp;? peut-&#234;tre, mais il faut remarquer qu'il n'y a eu r&#233;pression que l&#224; o&#249; des Europ&#233;ens ont &#233;t&#233; menac&#233;s, agress&#233;s, bless&#233;s ou tu&#233;s. Nous sommes &#224; la limite de la l&#233;gitime d&#233;fense. Et aussi que proportionnellement, m&#234;me si l'argument peut sembler avoir un c&#244;t&#233; fallacieux, les victimes europ&#233;ennes ont &#233;t&#233; presque aussi nombreuses que les victimes musulmanes. Et s'il faut condamner un c&#244;t&#233;, l'autre n'est pas irr&#233;prochable, m&#234;me si les &#233;chelles sont diff&#233;rentes. Je pr&#233;f&#232;re reprendre &#224; mon compte les paroles du pr&#233;c&#233;dent ambassadeur de France en Alg&#233;rie, M.&nbsp;Hubert Colin de Verdi&#232;res, qui expliquait &#224; S&#233;tif en f&#233;vrier 2005 que les &#233;v&#233;nements tragiques de mai 1945 dans l'Est alg&#233;rien relevaient de la responsabilit&#233; des diff&#233;rentes communaut&#233;s qui r&#233;sidaient alors dans cette r&#233;gion&nbsp;: <font color="#666666"><em>&#171;&nbsp;Fallait-il qu&#8217;il y ait sur cette terre un ab&#238;me d&#8217;incompr&#233;hension entre les communaut&#233;s pour que se produise cet encha&#238;nement d&#8217;un climat de peur, de manifestations et de leur r&#233;pression, d&#8217;assassinats et de massacres&nbsp;?&nbsp;&#187;</em></font>.</p>
  58. <p>Mais je veux aussi souligner que ces troubles ont marqu&#233; durablement et douloureusement la m&#233;moire collective alg&#233;rienne et celle des Fran&#231;ais qui vivaient dans cette r&#233;gion &#224; cette &#233;poque. J'ai pu tr&#232;s r&#233;cemment mesurer combien il est encore aujourd'hui difficile en Alg&#233;rie d'&#233;voquer froidement ce qui s'est pass&#233; il y a plus de soixante ans dans ma ville natale, sans provoquer des r&#233;actions impr&#233;visibles et irrationnelles. J'ai pu constater combien il n'est pas ais&#233; de recueillir t&#233;moignages et sentiments parmi tous les Fran&#231;ais qui ont v&#233;cu ces instants. Les Alg&#233;riens attendent de la France qu'elles reconnaissent enfin l'ampleur de la r&#233;pression tout comme les Fran&#231;ais d'Alg&#233;rie demandent que la fable des milices civiles responsables de la r&#233;pression soit enfin replac&#233;e &#224; son juste niveau, celui d'une force para-polici&#232;re dans la seule ville de Guelma &#8211; qui a certes &#233;t&#233; &#224; l'origine d'exc&#232;s importants mais limit&#233;s g&#233;ographiquement &#8211;, et que l'Alg&#233;rie reconnaisse &#233;galement que la communaut&#233; fran&#231;aise a, elle aussi, avec 109 morts et plus de 200 bless&#233;s souffert durant ces &#233;v&#233;nements(la communaut&#233; fran&#231;aise dans les r&#233;gions concern&#233;es comptait moins de 40&nbsp;000 personnes contre plus d'un million de musulmans). Il a trop &#233;t&#233; fait des exactions de Guelma l'arch&#233;type de la r&#233;pression de cette r&#233;bellion. Je produis dans mon livre une analyse tr&#232;s critique de la r&#233;pression qui a &#233;t&#233; &#224; l'&#233;vidence disproportionn&#233;e et tr&#232;s lourde, mais j'explique &#233;galement les raisons de cette d&#233;mesure sans que cela ne constitue bien &#233;videmment une justification. L'Alg&#233;rie attend de la France que le chiffre des morts de cette r&#233;pression soit tr&#232;s officiellement de plusieurs milliers, c'est-&#224;-dire entre 5&nbsp;000 et 10&nbsp;000. La plupart des Alg&#233;riens que j'ai rencontr&#233;s pour l'&#233;criture de mon livre et depuis sa parution s'accordent pour dire que le chiffre des victimes que j'annonce est tr&#232;s proche de la v&#233;rit&#233; au contraire des 45&nbsp;000 victimes officielles donn&#233;es par l'&#201;tat alg&#233;rien. Et la France attend de l'Alg&#233;rie qu'elle cesse de tenter de reproduire le sch&#233;ma de la Seconde Guerre mondiale en assimilant colonisation et occupation, arm&#233;e fran&#231;aise et arm&#233;e allemande national-socialiste, musulmans francophiles et collaborateurs&#8230; Et c'est &#224; ce prix qu'un des plus importants contentieux entre la France et l'Alg&#233;rie sera effac&#233;. Pour trop de clans, quarante-sept ans apr&#232;s sa fin, la guerre d'Alg&#233;rie n'est pas termin&#233;e.</p>
  59. <p>Enfin, si ce sujet resurgit dans l'actualit&#233; &#224; l'initiative des politiques et des m&#233;dias alg&#233;riens &#224; la fin des ann&#233;es quatre-vingt, c'est en relation avec des motifs de politique int&#233;rieure en Alg&#233;rie&nbsp;: la mont&#233;e de l'islamisme, les menaces de s&#233;cession de la Kabylie et les souhaits de toute une g&#233;n&#233;ration francophile (Hibz Al'Fran&#231;a) de tourner le page de la p&#233;riode coloniale mena&#231;aient l'unit&#233; du pays. En remettant au premier plan ces difficiles instants de 1945, on rappelait que le djihad cher aux islamistes avait &#233;t&#233; d&#233;clar&#233;, que les Kabyles avaient &#339;uvr&#233; pour l'ind&#233;pendance et que la France n'a pas toujours &#233;t&#233; tr&#232;s tendre avec le peuple alg&#233;rien.</p>
  60. <p><font color="#666666"><em><strong>D.A.</strong> :</em> On peut imaginer que mener &#224; bien un tel travail durant sept ann&#233;es, en plus de votre activit&#233; quotidienne de m&#233;decin, relevait d&#8217;un devoir moral plus que d&#8217;un simple passe-temps. Le livre publi&#233;, avez-vous d&#8217;autres projets touchant &#224; l&#8217;histoire de l&#8217;Alg&#233;rie&nbsp;? Il est rare, en effet, que l&#8217;exp&#233;rience du premier livre, surtout quand elle est f&#233;conde, ne donne pas l&#8217;envie de poursuivre&nbsp;?</font></p>
  61. <p><strong>R.V.</strong> : Ma famille a &#233;t&#233; directement atteinte lors de ces &#233;v&#233;nements&nbsp;: des morts, des bless&#233;s, une maison incendi&#233;e, des s&#233;quelles psychologiques tr&#232;s difficiles &#224; vivre et &#224; oublier par toute une g&#233;n&#233;ration. J'ai entendu parler durant toute mon enfance et mon adolescence, &#171;&nbsp;des &#233;v&#233;nements de 1945&nbsp;&#187;. Et depuis que je vis &#224; Toulouse, c'est bien souvent que mes amis, apprenant que je suis n&#233; &#224; S&#233;tif m'interrogent sur les &#171;&nbsp;massacres de S&#233;tif&nbsp;&#187;. Et un jour j'ai &#171;&nbsp;craqu&#233;&nbsp;&#187;. J'ai voulu  savoir ce qu'il s'&#233;tait pass&#233; durant ces difficiles journ&#233;es dans ma r&#233;gion natale. Et en d&#233;cidant de partir en qu&#234;te d'une explication, plusieurs questions se sont impos&#233;es &#224; moi. J'ai voulu trouver des r&#233;ponses. J'ai interrog&#233; la litt&#233;rature&nbsp;: elle est pauvre, unilat&#233;rale, partielle, partiale, incompl&#232;te. J'ai &#233;t&#233; surpris de constater qu'en plus d'un demi-si&#232;cle, aucun chercheur fran&#231;ais n'avait soutenu une th&#232;se d'histoire ou de sciences-politiques sur le sujet.</p>
  62. <p>Je suis parti &#224; la recherche des t&#233;moignages, ils sont peu fiables soixante ans plus tard, souvent contradictoires ou manifestement romanc&#233;s. J'ai retrouv&#233; des documents in&#233;dits d'&#233;poque&nbsp;: le journal de marche d'un escadron de  gendarmerie, le rapport &#224; sa direction du responsable du chantier de l'entreprise Campenon-Bernard qui construisait le barrage de Kherrata, le cahier &#233;crit pour les psychiatres par un enfant Murschler de 11 ans qui a v&#233;cu l'assassinat de ses parents, les m&#233;moires de plusieurs personnes qui ont v&#233;cu ces instants, le journal de cet instituteur indig&#232;ne r&#233;dig&#233; durant les quinze jours de son emprisonnement &#224; Guelma, ou encore des articles de presse qui ne sont jamais parus parce que censur&#233;s. Ces documents ont une valeur inestimable. Ils ont &#233;t&#233; &#233;crits dans les instants o&#249; les faits d&#233;crits se sont produits. Il n'y a pas la pesanteur des clich&#233;s historiques ou des pressions politiques pour en modifier la pr&#233;sentation. Il faut alors confronter documents, &#233;crits, souvenirs et t&#233;moignages et mener cela &#224; la mani&#232;re d'une enqu&#234;te polici&#232;re. Pour s'apercevoir au terme de cette &#233;tude qu'il n'est pas facile d'avoir r&#233;ponse &#224; tout. Pour une part cela est frustrant, pour une autre part vous avez la sensation du devoir accompli et c'est r&#233;confortant.</p>
  63. <p>Mais surtout ce qui est le plus gratifiant c'est d'observer les r&#233;actions de mes amis alg&#233;riens. Les mots <em>apaisant</em>, <em>objectivit&#233;</em>, <em>&#233;quilibre</em>, <em>rigueur</em> reviennent sous leurs plumes. Je fais donc un r&#234;ve&nbsp;: permettre aux m&#233;moires antagonistes des communaut&#233;s qui vivaient en Alg&#233;rie &#224; cette &#233;poque de se retrouver dans une analyse similaire des troubles qu'elles ont toutes deux v&#233;cus si douloureusement. Et les r&#233;actions que j'observe depuis la sortie de mon livre montrent que cet objectif n'est pas utopique pour peu que les responsables politiques ne s'en m&#234;lent pas.</p>
  64. <p>Bien &#233;videmment, d'autres projets relatifs &#224; l'histoire de l'Alg&#233;rie et &#224; ses moments douloureux m'interpellent. Je pr&#233;sente mon livre dans de nombreuses conf&#233;rences et &#224; chaque fois des auditeurs me sollicitent sur une probl&#233;matique nouvelle. Par ailleurs, plusieurs historiens me font part de leurs pr&#233;occupations et de leurs recherches. Je ne me d&#233;robe pas m&#234;me si mes activit&#233;s professionnelles, la promotion de mon livre et mon engagement dans la vie de ma commune ne me laissent pas autant de temps que je le  souhaiterais. Mais la perspective d'une retraite professionnelle pas tr&#232;s lointaine m'ouvre peut-&#234;tre des horizons nouveaux&#8230;</p>
  65. <p>&nbsp;</p>
  66. <p>&nbsp;</p>
  67. <span class="img_left"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/lunettes_index.jpg" border="0" alt="lunettes_index" /></a></span><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font size="2" color="#A0522D">CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX</font><br /><font size="2" color="#666666">Retrouvez une chronique ancienne<br />Naviguez par th&#232;mes&#8230;</font></a><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/blanc.jpg" border="0" alt="blanc" /></a><br />
  68. <div align="center"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font color="#7788AA">Cliquez ici</font></a></div>
  69. ]]></content>
  70. </entry>
  71. <entry>
  72. <title type="text/plain" mode="xml">Orthotypographie &#8211; Hommage &#224; Jean-Pierre Lacroux</title>
  73. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/04/jean_pierre_lacroux" />
  74. <author>
  75. <name>admin</name>
  76. </author>
  77. <id>http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/05/04/jean_pierre_lacroux</id>
  78. <issued>2008-05-04T04:53:38Z</issued>
  79. <modified>2008-05-04T04:53:38Z</modified>
  80. <content type="text/html" mode="escaped"><![CDATA[ <p><font size="1" color="#811829"><strong>L'ordinaire et le propre des livres</strong></font> &#8211; <font size="1" color="#7788AA"><strong>Petite philocalie</strong></font>
  81. <p>&nbsp;</p>
  82. <p>&nbsp;</p>
  83. <div align="center"><font color="#7788AA"><font size="4"><strong>44 &#8211; Jean-Pierre Lacroux</strong></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br /><font size="4"><em>Opus major</em></font></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="40" alt="cadratin_blog" /></div>
  84. <p>&nbsp;</p>
  85. <a href="http://www.intexte.net/docenligne/orthotypo_zoom.jpg" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/orthotypo.jpg" width="516" height="457" alt="orthotypo" /></a>
  86. <p>&nbsp;</p>
  87. <p>&nbsp;</p>
  88. <p><span class="img_left"><font size="8" color="#DEB887"><strong>&#171;</strong></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="170" alt="cadratin_blog" /></span><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="10" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="#666666">Avec du papier, on ponce, on emballe, on fume, on parfume, on filtre, on s&#232;che, on essuie, on se torche, on fait des fleurs, des cocottes, des cerfs-volants, des &#233;ventails, on tapisse les murs, on se mouche, on attrape des mouches. Les Japonais le consid&#232;rent comme un mat&#233;riau de construction raisonnable. La plupart de ces activit&#233;s ou de ces usages sont honorables. Manque, bien s&#251;r, l'essentiel.</font></p>
  89. <p><font color="#666666">Depuis que les Arabes ont fait d&#233;couvrir aux Europ&#233;ens cette judicieuse invention des Chinois, le papier est le support privil&#233;gi&#233; de nos &#339;uvres. Elles s'y cr&#233;ent, s'y reproduisent, s'y conservent. On pense avant tout &#224; l'&#233;criture et au dessin, mais le temps lui-m&#234;me, et la musique, y sont couch&#233;s. Plus que la pierre et les vieillards bavards, le papier est notre m&#233;moire.</font></p>
  90. <p>Ainsi s'ouvre <em>Une Petite Histoire du papier&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[1]</em></font></em>, pr&#233;cieux &#233;dicule lexical, d'une &#233;rudition &#233;l&#233;gante et subtile, dress&#233; par Jean-Pierre Lacroux&nbsp;: il avait trouv&#233; &#224; se glisser dans ma biblioth&#232;que entre des volumes bien plus m'as-tu-vu d'histoire du livre et de l'&#233;dition, mais ma main est all&#233;e droit &#224; lui quand j'ai eu vent &#8211; par un courrier &#233;lectronique judicieusement cibl&#233; &#8211; de l'existence de son <em>Orthotypographie</em>.</p>
  91. <p>Les sept cent cinquante pages que rassemblent ces deux volumes valent par la tessiture des informations, des rep&#232;res et des conseils qu'elles rec&#232;lent. L'histoire de la typographie, <em>stricto sensu</em>, y c&#244;toie des rubriques souvent lacunaires dans les dictionnaires des difficult&#233;s de la langue fran&#231;aise &#8211; o&#249; l'on trouve si rarement ce qu'on y vient chercher en toute h&#226;te, pour finir presque immanquablement par une grande heure de promenade impromptue dans le Grevisse.</p>
  92. <p>Le caract&#232;re non scolastique de la d&#233;marche s'appuie, de fa&#231;on presque ironique, sur une critique circonstanci&#233;e de ce qu'indiquent ou pr&#233;conisent les ouvrages conventionnels pour les principales entr&#233;es trait&#233;es&nbsp;: travail minutieux dans les sources, curiosit&#233; boulimique et contagieuse, aiguillonn&#233;e &#224; tout propos&#8230;, cette confrontation permanente au &#8220;th&#233;saurus&#8221; de la typographie et de l'&#233;crit n'est pas l'aspect le moins pr&#233;cieux de l'entreprise&nbsp;; en prime &#224; l'utilit&#233; d'un tel corpus, elle active un &#233;vident agr&#233;ment de lecture.</p>
  93. <p>Que Jean-Pierre Lacroux ait la dent dure pour les pratiques introduites (en fait&nbsp;: rendues possibles) par l'informatique et les logiciels de PAO n'est pas pour me le rendre antipathique&nbsp;: <font color="#666666">Les r&#232;gles de la composition typographique ne sont pas destin&#233;es &#224; faciliter la t&#226;che ou la vie du scripteur mais celles du lecteur. Principe bien oubli&#233; par les n&#233;ocommunicateurs, les pao&#239;stes et beaucoup de typographistes&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[2]</em></font>.</font> Nous sont toutefois &#233;pargn&#233;s la psychorigidit&#233; et le saturnisme du typographe inconsolable&nbsp;: ce sont des livres pour notre temps qu'il s'agit de produire, une langue qui circule de support &#224; support &#8211; une langue on ne peut plus disponible &#224; qui souhaite ou doit y recourir.</p>
  94. <p>Loin de constituer un code typographique de plus, <em>Orthotypographie</em> &#8211; tel que le collectif qui l'&#233;dite en a con&#231;u la finalisation &#233;ditoriale apr&#232;s la mort de Jean-Pierre Lacroux en 2002 &#8211; restitue d'&#233;tonnante fa&#231;on un mat&#233;riau rassembl&#233;, comment&#233;, ordonn&#233;, touchant &#224; la mise en forme de la langue. L'ensemble a &#233;t&#233; enrichi de fort pr&#233;cieuses s&#233;quences des dialogues au cours desquels l'auteur ferraillait parfois dur avec ses pairs du m&#233;tier, typographes, correcteurs ou simples pi&#233;tons amoureux de la langue. Les deux volumes sont &#233;maill&#233;s de ces &#171;&nbsp;minutes&nbsp;&#187;, toujours passionnantes&nbsp;; leur int&#233;gration a notamment permis de compenser efficacement le fait qu'<em>Orthotypographie</em> n'&#233;tait pas, en 2002, un ouvrage abouti.</p>
  95. <p>D'ailleurs, d&#232;s 2003, ses colistiers de la <a href="https://listes.irisa.fr/wws/info/typographie" target="_blank">liste Typo</a> ont rassembl&#233; sous le titre <em>Typographique Tombeau de Jean-Pierre Lacroux</em> &#8211; comme une premi&#232;re sauvegarde, combien judicieuse &#8211; un floril&#232;ge de ses interventions &#171;&nbsp;en ligne&nbsp;&#187; et en <em>live</em>. D'abord publi&#233; sous forme d'un beau recueil hors commerce de 148&nbsp;pages (mais disponible aupr&#232;s des &#233;ditions <a href="http://www.talus.be/auteurs/collectif.html" target="_blank">Talus d'approche</a>), il est t&#233;l&#233;chargeable au format pdf sur le site <a href="http://www.partdelange.org/PDF/typotombeau-jpl.pdf" target="_blank">La Part de l'ange</a>. Ma fr&#233;quentation d'<em>Orthotypographie</em>, qui promet de rester en vue et &#224; port&#233;e de main dans cette pi&#232;ce, passe par cette vari&#233;t&#233; des niveaux de discours&nbsp;: ils se compl&#232;tent, se r&#233;pondent, s'&#233;clairent mutuellement&nbsp;; ils jettent des ponts praticables entre la tradition et le pragmatisme n&#233;cessaire &#224; toute pratique cons&#233;quente de l'&#233;crit.</p>
  96. <p>Cerise sur la casse typo, l'homme avait de l'humour&nbsp;: <font color="#666666"><em>Jamais un coup de deleatur n'abolira le bazar</em></font> &#8211; voil&#224; le genre de petit cul-de-lampe que Jean-Pierre Lacroux d&#233;posait volontiers au terme de ses interventions dans les forums et listes de discussion dans lesquelles il intervenait.</p>
  97. <p>Tout cela constitue un v&#233;ritable tr&#233;sor vivant, accessible gr&#226;ce aux soins d'une poign&#233;e de <em>fous de la langue</em> qui <a href="http://www.partdelange.org/avertissementaul.html" target="_blank">veillent et font rayonner l'h&#233;ritage</a>. La langue est, ici, sous belle escorte. Toute esperluette n'est pas perdue.</p>
  98. <p>&nbsp;</p>
  99. <p>&nbsp;</p>
  100. <p><font size="1"><font color="red">[1]</font> &#201;ditions Quintette, 2001.</font><br /><font size="1"><font color="red">[2]</font> <em>Orthotypographie</em>, volume&nbsp;I, p.&nbsp;46. Citation et extrait ont &#233;t&#233; import&#233;s par copier/coller de <a href="http://www.orthotypographie.fr/index.html" target="_blank">la version html disponible sur le site d'Alain Hurtig</a>, la pagination indiqu&#233;e est celle des fichiers pdf des deux volumes mis en pages &#224; fins d'impression.</font></p>
  101. <p>&nbsp;</p>
  102. <p>&nbsp;</p>
  103. <blockquote><p><span class="img_left"><font size="8" color="#DEB887"><strong>&#171;</strong></font></span>
  104. <p><font color="#645F3F"><em>[<strong>Extrait</strong>]</em></font></p>
  105. <p><font color="#666666">L&#8217;&#233;ternuement de McLuhan n&#8217;a &#233;branl&#233; aucune galaxie.</font></p>
  106. <p><font color="#666666">La composition &#171;&nbsp;typographique&nbsp;&#187; a r&#233;gn&#233; sans partage pendant un demi-mill&#233;naire, la photocomposition n&#8217;aura pas m&#234;me v&#233;cu un demi-si&#232;cle&nbsp;: quelles que soient les &#233;volutions techniques &#224; venir, la chaleur du plomb n&#8217;a pas fini d&#8217;irradier la langue &#233;crite. Aujourd&#8217;hui, l&#8217;informatique bouleverse le monde des arts graphiques et multiplie les possibilit&#233;s de la typographie. Nagu&#232;re consid&#233;rable, l&#8217;investissement n&#233;cessaire &#224; la cr&#233;ation d&#8217;un poste de composition est devenu d&#233;risoire. C&#8217;est tr&#232;s r&#233;jouissant. Les machines sont un progr&#232;s, on l&#8217;a observ&#233; il n&#8217;y a pas si longtemps dans le domaine des transports, o&#249; le Code de la route n&#8217;est devenu une n&#233;cessit&#233; vitale qu&#8217;apr&#232;s la pose de moteurs sur les v&#233;hicules&nbsp;: quand tout le monde circule vite, il vaut mieux prendre des pr&#233;cautions. Quand tout le monde &#233;crit, pas n&#233;cessairement&nbsp;; mais quand tout le monde compose&nbsp;? quand n&#8217;importe qui imprime&nbsp;?</font></p>
  107. <p><font color="#666666">Depuis que la &#171;&nbsp;typographie&nbsp;&#187; est morte, les codes typographiques sont devenus indispensables. La publication assist&#233;e par ordinateur fait courir de graves dangers &#224; la langue &#233;crite, des dangers &#171;&nbsp;&#224; la mesure de la puissance des machines&nbsp;&#187;, comme disent quelques communicateurs. Les protes et les correcteurs &#233;taient souvent tatillons, du moins connaissaient-ils leur langue&nbsp;; aujourd&#8217;hui nous avons des pao&#239;stes improvis&#233;s. Il suffit de feuilleter les publications, les brochures, les rapports annuels des entreprises pour constater que certains desk-topeurs ont constamment le pied au plancher, m&#234;me dans les virages les plus serr&#233;s. Sans risque, sauf pour le fran&#231;ais, fracass&#233;, et le bon usage, &#224; l&#8217;agonie. La chose imprim&#233;e b&#233;n&#233;ficiait jusqu&#8217;alors d&#8217;une autorit&#233; naturelle&#8230; Il serait bon pour la sant&#233; de la langue &#233;crite que cet a priori favorable dispar&#251;t ou, mieux, disparaisse au plus vite. L&#8217;industrie et le commerce ne font pas de quartier&nbsp;; inutile d&#8217;&#233;voquer la publicit&#233;, elle se charge de promouvoir ses petites audaces.</font></p>
  108. <div align="right"><font size="1" color="#666666">&#169; <a href="http://www.orthotypographie.fr/intros/avant_propos.html" target="_blank"><em>Orthotypographie</em>, avant-propos, pp.&nbsp;51-52</a>.</font></div>
  109. </blockquote>
  110. <br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="20" alt="cadratin_blog" /><br /><span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="35" height="240" alt="cadratin_blog" /></span>
  111. <p><font color="#811829"><strong>Jean-Pierre Lacroux</strong></font></p>
  112. <p>Jean-Pierre Lacroux, auteur, avec Pym, des <em>Affreux</em>, petite bande dessin&#233;e publi&#233;e dans les pages de &#171;&nbsp;L&#8217;Huma&nbsp;&#187; de 1977 &#224; 1981, est mort le 12 novembre [2002] &#224; Bruxelles &#224; l&#8217;&#226;ge de cinquante-cinq ans. Dessinateur de presse &#224; <em>Pilote</em>, au <em>Monde</em>, &#224; <em>France-Nouvelle</em>, puis &#224; <em>R&#233;volution</em>, Jean-Pierre Lacroux &#233;tait aussi romancier (<em>Panique &#224; Calixta</em> chez Ramsay) et l&#8217;auteur d&#8217;ouvrages de r&#233;f&#233;rence (<em>Papier</em> chez Seghers, <em>La M&#233;moire des Sergent-Major</em> co&#233;dit&#233; par Ramsay et <a href="http://www.synec-doc.be/librairie/quintette/index4.html" target="_blank">les &#233;ditions Quintette</a> ainsi qu'<em>Une Affaire de stylos</em> co&#233;dit&#233; avec Seghers, <em>Une Petite Histoire du papier</em> toujours chez Quintette). R&#233;dacteur et correcteur pour plusieurs encyclop&#233;dies, cet &#233;rudit recourait &#224; l&#8217;humour en toute circonstance. Jusque sur la Toile, o&#249; il intervenait dans des forums de discussion de sp&#233;cialistes de la langue fran&#231;aise ou de la typographie.</p>
  113. <div align="right"><font size="1" color="#666666">&#169; <a href="http://www.humanite.fr/Jean-Pierre-Lacroux" target="_blank"><em>L'Humanit&#233;</em>, 20&nbsp;novembre 2002</a>.</font></div>
  114. <br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="15" alt="cadratin_blog" /><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/filet_fuschia_blog.gif" width="400" height="2" alt="filet_fuschia_blog" />
  115. <p><font color="#645F3F"><strong>Liens utiles</strong>&nbsp;:</font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.orthotypographie.fr/index.html" target="_blank">La pr&#233;sentation d'<em>Orthotypographie</em> sur le site d'Alain Hurtig</a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.partdelange.org/contenu/imprimer.html" target="_blank">La version en impression &#224; la demande sur le site de <em>La Part de l'ange</em></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> Depuis mars 2008, les <a href="http://www.synec-doc.be/librairie/quintette" target="_blank"><font color="#7788AA">&#233;ditions Quintette</font></a> commercialisent l'ouvrage<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="15" height="1" alt="cadratin_blog" />sous le titre <em>Orthotypo</em> au prix de 19&nbsp;&#8364; (ISBN&nbsp;: 9782868501479).</p>
  116. <p><font color="#645F3F"><strong>Deux questions que vous ne manquerez pas de vous poser</strong>&nbsp;:</font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.partdelange.org/contenu/levrai.html" target="_blank">Quelle publication choisir&nbsp;?</a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.partdelange.org/contenu/404.html" target="_blank">Quel est l'exemplaire parfait&nbsp;?</a></p>
  117. <p><font color="#645F3F"><strong>Les sites des principaux acteurs de cette &#233;dition</strong>&nbsp;:</font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.alain.les-hurtig.org/" target="_blank">Le site d'<strong>Alain Hurtig</strong></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <a href="http://www.alain.les-hurtig.org/" target="_blank">Le site de <strong>La Part de l'ange</strong></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="260" height="1" alt="cadratin_blog" /><em>(et vice versa)</em><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="15" alt="cadratin_blog" /><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/filet_fuschia_blog.gif" width="400" height="2" alt="filet_fuschia_blog" /></p>
  118. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="35" height="1" alt="cadratin_blog" /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/vignette_gravure.jpg" width="170" height="146" alt="vignette_gravure" /></a></span><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="25" alt="cadratin_blog" /><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font size="2" color="#A0522D">CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX</font><br /><font size="2" color="#666666">Retrouvez une chronique ancienne<br />Naviguez par th&#232;mes&#8230;</font></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="25" alt="cadratin_blog" /><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font color="#7788AA">Cliquez ici</font></a>
  119. <p>&nbsp;</p>
  120. ]]></content>
  121. </entry>
  122. <entry>
  123. <title type="text/plain" mode="xml">Le po&#232;me, silence et lumi&#232;re (lecture de Salah St&#233;ti&#233;)</title>
  124. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/04/27/salah_stetie" />
  125. <author>
  126. <name>admin</name>
  127. </author>
  128. <id>http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/04/27/salah_stetie</id>
  129. <issued>2008-04-27T17:04:58Z</issued>
  130. <modified>2008-04-27T17:41:17Z</modified>
  131. <content type="text/html" mode="escaped"><![CDATA[ <p><a href="http://editions-nb.intexte.net/site/index.php/all/2007/12/14/portfolio_sommaire_electronique" target="_blank"><font size="1"><font color="#811829">En ligne sur le site des <strong>&#201;ditions n&amp;b</strong> (rubrique <font color="#FC5A73"><strong><em>Portfolio</em></strong></font>),<br /><strong><em>Baiser de paix</em></strong>, un texte de Dominique Auti&#233;</font> <font color="#7788AA">[cliquer ici]</font></font>.</a>
  132. <p>&nbsp;</p>
  133. <p>&nbsp;</p>
  134. <div align="center"><font size="4" color="#7788AA"><strong>Le po&#232;me,<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="5" height="4" alt="intertresetroit" /><br />silence et lumi&#232;re</strong></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="5" height="4" alt="intertresetroit" /><br /><font size="3" color="#7788AA">Notes de lecture d'<em>Archer aveugle</em> de <a href="http://www.salahstetie.com" target="_blank">Salah St&#233;ti&#233;</a></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="25" alt="cadratin_blog" /><br /><a href="http://www.salahstetie.com" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/stetie_alechinsky.jpg" width="255" height="322" alt="stetie_alechinsky" /></a></div>
  135. <p>&nbsp;</p>
  136. <div align="right"><font size="1" color="#811829">Pour Pierre G.,<br />&#224; qui je dois l'indication de la lecture de Salah St&#233;ti&#233;.</font></div>
  137. <p>&nbsp;</p>
  138. <p><font size="1" color="#6666666"><em>La lumi&#232;re enfantera par la bouche&nbsp;:<br />cela, personne ne l'avait dit.</em><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="4" alt="cadratin_blog" /><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="34" height="1" alt="cadratin_blog" /><strong>Salah St&#233;ti&#233;</strong>, <em>Si respirer&nbsp;<font size="1" color="red">[1]</font></em>.</font></p>
  139. <p>&nbsp;</p>
  140. <p>&nbsp;</p>
  141. <p>&#201;trange destin que de celui de <a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all?cat=38" target="_blank">se brouiller avec la po&#233;sie</a>, un beau jour, &#224; la mani&#232;re dont on r&#233;pudie un ami qui fut cher. Ni par lassitude ou n&#233;gligence, mais bien sur un coup de t&#234;te, ou de gueule.</p>
  142. <p>&#192; ma d&#233;charge&nbsp;: les po&#232;tes &#8211; ceux auxquels, commun des mortels, j'ai acc&#232;s. Ils forment une soci&#233;t&#233; infr&#233;quentable, tels des sp&#233;cimens de la savane qui auraient eux-m&#234;mes invent&#233; les r&#233;serves africaines en marge des zones d'am&#233;nagement concert&#233; suburbaines, o&#249; le touriste du vers libre puisse venir les observer et les flatter. Au point de faire oublier qu'il r&#244;de encore quelques grands fauves.</p>
  143. <p>Il m'aura fallu trente ans pour revenir guetter le po&#232;me. Le livre m'a r&#233;par&#233; des po&#232;tes, de l'ind&#233;crottable couleur locale de leurs autoc&#233;l&#233;brations. J'entends, comme toujours&nbsp;: le livre dans sa mat&#233;rialit&#233;.</p>
  144. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="30" height="175" alt="cadratin_blog" /></span>
  145. <p><font color="#666666">Le livre est cette magie tr&#232;s blanche &#8211; et tr&#232;s noire &#8211;, tr&#232;s simple &#8211; et tr&#232;s complexe &#8211;, magie plus magique encore que la voix qui suscite, par quoi cela qui &#233;tait destin&#233; &#224; passer ne passe plus, lors m&#234;me qu'il d&#233;nonce lui-m&#234;me son passage&nbsp;; par quoi cela qui &#233;tait appel&#233; &#224; dormir ne dort plus, lors m&#234;me que se manifeste en lui un engourdissement&nbsp;; par quoi cela qui &#233;tait la proie du lent mourir ne meurt plus et vit et s'agite dans le cristal nombreux de sa propre mort. Ainsi le gel restitue l'&#233;l&#233;ment qui lui a donn&#233; naissance tout en restant gel. Maison b&#226;tie du song&#233;, demeure d'Hypnos. Le livre, dans sa mat&#233;rialit&#233;, est-il cela&nbsp;? Oui, certes, mais c'est reconna&#238;tre aussi qu'il n'est gu&#232;re, pour le livre, de mat&#233;rialit&#233; int&#233;grale. Toute d&#233;finition du livre est ravag&#233;e par le vent spirituel&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[2]</em></font>.</font></p>
  146. <p>Avait contribu&#233; &#224; ma r&#233;pugnance un certain discours <em>sur</em> la po&#233;sie&nbsp;: soit qu'il s'&#233;tabl&#238;t sur le mode savant &#8211; un demi-si&#232;cle de structuralisme a ext&#233;nu&#233; jusqu'au moindre vers digne de ce nom &#8211;, soit qu'il f&#251;t tenu par les po&#232;tes eux-m&#234;mes &#8211; et c'est toujours des m&#234;mes qu'il s'agissait alors, plombant leurs exercices de style d'amphigouris ou de niaiseries revendiquant le statut de glose. Il m'aura fallu, d'abord par citations interpos&#233;es, d&#233;couvrir chez Val&#233;ry, chez Claudel, chez Breton &#8211; aujourd'hui chez Salah St&#233;ti&#233; &#8211; une langue qui ne suscite pas, jusqu'au malaise, le sentiment qu'on l'a pers&#233;cut&#233;e pour lui soustraire quelques strophes ou aphorismes exsangues alors que, livr&#233;e &#224; elle-m&#234;me, elle hoquette et se vautre dans le lieu commun.</p>
  147. <p>Il n'y a pas de sous-continent <em>Po&#233;sie</em> possible dans la biblioth&#232;que. C'est la langue qui le refuse.</p>
  148. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="30" height="60" alt="cadratin_blog" /></span>
  149. <p><font color="#666666">Le silence n'est pas un &#233;tat mort &#8211; il n'est pas l'absence du bruit. Il est silence au sein du silence et qui le vrille et le taraude en vue de quelque nappe phr&#233;atique appel&#233;e &#224; na&#238;tre au jour afin de rendre caduque une autre nappe crue immacul&#233;e. C'est ainsi que de silence en silence certains enfin touchent au sable fin de l'&#226;me.&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[3]</em></font>.</font></p>
  150. <p>Salah St&#233;ti&#233; place ainsi sous la double invocation du silence et de la lumi&#232;re (celle renaissante de l'aube) cet &#233;tat sublim&#233; de la langue. Il propose de nommer <em>magn&#233;tisme des densit&#233;s</em> cette subtile vibration synchrone de la langue et du r&#233;el, qu'il serait loisible de tenir pour po&#233;tique &#224; condition de renoncer, du moins dans un premier temps, &#224; tout crit&#232;re technique de forme comme de fond.</p>
  151. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="30" height="250" alt="cadratin_blog" /></span>
  152. <p><font color="#666666">La langue de po&#233;sie est une aube comme, peut-&#234;tre, au-del&#224; du gu&#233; travers&#233;, l'&#233;clat venant &#224; poindre, et grandissant, de la mort. Notre infirmit&#233; je m'en rends compte, c'est de ne pouvoir &#233;voquer ces r&#233;alit&#233;s vitales, qui &#233;chappent aux notions et aux cat&#233;gories, que par l'interm&#233;diaire impur des images. Mais la langue apr&#232;s tout, qu'est-elle sinon, en ses fulgurations et ses cr&#233;pitements, un feu d'images, buisson ardent pour &#233;clairer un peu le cercle de notre nuit&nbsp;?<br />R&#233;veiller le monde comme par un acte auroral, serait-ce du m&#234;me coup r&#233;veiller la langue l&#224; m&#234;me o&#249; elle semble plonger dans de la nuit pour se saisir de la totalit&#233; de son &#234;tre&nbsp;? S'en saisir en cet enchev&#234;trement o&#249; il appara&#238;t difficile de distinguer cela qui est monde, &#224; savoir qui est de l'ordre d'une r&#233;alit&#233; &#171;&nbsp;ext&#233;rieure&nbsp;&#187;, de cela qui est conscience et langage, autrement dit conscience <em>dans</em> et <em>par</em> le langage. Cette caverne de l'origine, il me semble que seul l'ensommeillement peut lui rendre visite avec profit, que lui seul peut en d&#233;couvrir l'acc&#232;s&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[4]</em></font>.</font></p>
  153. <p>Cet <em>acte auroral</em> fond&#233; sur un <em>silence au sein du silence</em> me semble l'exact contre-pied de l'image convenue pour nimber la pratique de la po&#233;sie de son nuage d'encre.</p>
  154. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="30" height="60" alt="cadratin_blog" /></span>
  155. <p><font color="#666666">Puis, dans le vitrail des fen&#234;tres, je pense &#224; la double colombe, &#224; ce face-&#224;-face entre la lumi&#232;re et la nuit comme deux barques qui se chagrinent du bec. Elles disent que le monde est double, que c'est l'en-haut et que c'est l'en-bas, qu'ici n'est pas ailleurs, et que beaucoup d'entre nous, entre les deux consciences, dispara&#238;tront&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[5]</em></font>.</font></p>
  156. <p>Comme apr&#232;s une lev&#233;e d'&#233;crou, comme par une trou&#233;e dans une ligne fortifi&#233;e, des livres affluent ces temps-ci &#8211; ma main les sait et s'en empare dans la p&#233;nombre&nbsp;: mes nuits sont justes, ces temps-ci, d'une stricte &#233;conomie qui me pr&#233;serve plusieurs heures autour de l'aube. Je remonte de la biblioth&#232;que avec le livre, le caf&#233; a eu le temps de passer. Certain de mon retour, le chat n'a pas boug&#233; du centre du lit.</p>
  157. <span class="img_left"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="30" height="170" alt="cadratin_blog" /></span>
  158. <p><font color="#666666">La r&#233;sorption de la lumi&#232;re dans l'huile, de l'huile dans l'olive&nbsp;: secret de lampe. Mais la lumi&#232;re d&#233;nude la lampe et s'envole. La lampe alors - (on l'imagine) - se fait absence. La lumi&#232;re s'en va rejoindre l'olive l&#224; o&#249; l'olive est en voie de se former. Par effraction, elle s'introduit dans la maison de l'olivette qu'elle v&#234;tira sobrement, puis qu'elle tuera.<br />La lampe attend sans lampe une id&#233;e qu'on se fait d'elle. Elle est &#8211; si elle est &#8211; obscure par v&#233;rit&#233;. Entre ces deux objets, olive et lampe, h&#233;site un papillon, celui, toujours &#224; na&#238;tre, de la lumi&#232;re&#8230; V&#233;rit&#233; de ces trois exils dont durement se forme une lampe paradoxale&nbsp;: la po&#233;sie, lampe jamais prouv&#233;e, huile et lumi&#232;re, et qui, le froid venu, s'effacera&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[6]</em></font>.</font></p>
  159. <p>J'oubliais le Segalen d'<em>&#201;quip&#233;es</em> et de <em>St&#232;les</em>, j'oubliais surtout les <em>Odes mystiques</em> et l'&#339;uvre vaste, d'une &#233;tonnante diversit&#233; de forme, de <a href="http://collection-orient-occident.intexte.net/site/index.php/2007/01/21/rumi_le_sama_retombe" target="_blank">Djal&#226;l-ud-D&#238;n R&#251;m&#238;</a>, dont Salah St&#233;ti&#233; &#8211; lui-m&#234;me pontonnier entre Orient et Occident &#8211; fait cas dans &#171;&nbsp;Mesure du silence&nbsp;&#187;, ce dernier superbe chapitre d'<em>Archer aveugle</em>. Quel plus saisissant exemple, en effet, que la <a href="http://collection-orient-occident.intexte.net/site/index.php/2007/01/17/se_peut_il_que_soufi_ne_danse" target="_blank"><em>danse de l'&#226;me</em></a> des derviches proposer de ce <em>magn&#233;tisme des densit&#233;s</em> &#8211; quand <font color="#666666">le r&#233;el et le langage, s'essayant assez terriblement &#224; se rejoindre et &#224; fusionner &#224; travers nous, qui sommes agents m&#233;diateurs &#224; fois actifs et passifs, ne parviennent qu'&#224; vibrer de concert, en attente d'une paix &#224; venir&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[7]</em></font></font>&nbsp;?</p>
  160. <p>&nbsp;</p>
  161. <p>&nbsp;</p>
  162. <p><font size="1"><font color="red">[1]</font> <em>Si respirer</em>, &#233;ditions Fata Morgana, 2001 et 2003, IV (volume non pagin&#233;).</font><br /><font size="1"><font color="red">[2]</font> <em>Archer aveugle</em>, &#233;ditions Fata Morgana, 1985, p.&nbsp;30.</font><br /><font size="1"><font color="red">[3]</font> <em>Ibid.</em>, p.&nbsp;237.</font><br /><font size="1"><font color="red">[4]</font> <em>Ibid.</em>, p.&nbsp;18.</font><br /><font size="1"><font color="red">[5]</font> &#171;&nbsp;Art po&#233;tique&nbsp;&#187; <em>5</em>, <em>in Fian&#231;ailles de la fra&#238;cheur</em>, collection &#171;&nbsp;La Salamandre&nbsp;&#187;, Imprimerie nationale, 2002, p.&nbsp;IX.</font><br /><font size="1"><font color="red">[6]</font> <em>Si respirer</em>, <em>op.&nbsp;cit.</em>, XIX.</font><br /><font size="1"><font color="red">[7]</font> <em>Archer aveugle, op.&nbsp;cit.</em>, p.&nbsp;17.</font></p>
  163. <p>&nbsp;</p>
  164. <p>&nbsp;</p>
  165. <p><font size="1" color="#666666"><em>En ouverture&nbsp;:</em> <strong>Salah St&#233;ti&#233;</strong> par <strong>Pierre Alechinsky</strong>, <em>D.R.</em></font></p>
  166. <p>&nbsp;</p>
  167. <p>&nbsp;</p>
  168. <p>&nbsp;</p>
  169. <span class="img_left"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="20" height="1" alt="cadratin_blog" /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/archer_aveugle_vignette.jpg" width="157" height="170" alt="archer_aveugle_vignette" /></a></span><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="40" alt="cadratin_blog" /><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font size="2" color="#A0522D">CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX</font><br /><font size="2" color="#666666">Retrouvez une chronique ancienne<br />Naviguez par th&#232;mes&#8230;</font></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="25" alt="cadratin_blog" /><br />
  170. <div align="right"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font color="#7788AA">Cliquez ici</font></a></div>
  171. <p>&nbsp;</p>
  172. ]]></content>
  173. </entry>
  174. <entry>
  175. <title type="text/plain" mode="xml">Management et marketing d'un &#233;diteur socialiste</title>
  176. <link rel="alternate" type="text/html" href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/04/17/lachatre" />
  177. <author>
  178. <name>admin</name>
  179. </author>
  180. <id>http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2008/04/17/lachatre</id>
  181. <issued>2008-04-17T06:34:44Z</issued>
  182. <modified>2008-04-19T11:48:49Z</modified>
  183. <content type="text/html" mode="escaped"><![CDATA[ <p><span class="img_left"><a href="http://www.intexte.net/docenligne/lachatre_cinqcentimes_zoom.jpg" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cinq_centimes_blog.jpg" width="326" height="463" alt="cinq_centimes_blog" /><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="90" height="1" alt="cadratin_blog" /><font size="1" color="#7788AA">[Ouvrir l'ouvrage : cliquer ici]</font></a></span>
  184. <p>&nbsp;</p>
  185. <p><font color="#7788AA"><font size="5"><strong>Maurice Lach&#226;tre</strong></font><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="40" alt="intertresetroit" /><br /><font size="3">Le management<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />et le marketing<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />mis en pratique<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />par un &#233;diteur<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />socialiste<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />au dix-neuvi&#232;me<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/inter_tres_etroit.gif" width="1" height="7" alt="intertresetroit" /><br />si&#232;cle</font></font></p>
  186. <p>&nbsp;</p>
  187. <p>&nbsp;</p>
  188. <p>&nbsp;</p>
  189. <p>&nbsp;</p>
  190. <p>&nbsp;</p>
  191. <p>&nbsp;</p>
  192. <p>&nbsp;</p>
  193. <p>&nbsp;</p>
  194. <p><font color="red"><strong>&#8226;</strong></font> <font size="1"><font color="#666666">&#192; propos de<br /><strong>Maurice Lach&#226;tre</strong>, <em><strong>Cinq centimes par jour</strong> &#8211; M&#233;thodes commerciales d'un &#233;diteur engag&#233;</em>.<br />Pr&#233;sentation de <strong>Fran&#231;ois Gaudin</strong> et <strong>Jean-Yves Mollier</strong>,<br />Universit&#233; de Rouen, <a href="http://www.univ-rouen.fr/irshs/users/purh/article.php?id_article=541" target="_blank">Publications des Universit&#233;s de Rouen et du Havre</a>,<br />88&nbsp;pages, f&#233;vrier 2008, 10&nbsp;&#8364;. ISBN&nbsp;: 978-2-87775-441-5.<br />Publi&#233; avec le soutien du conseil g&#233;n&#233;ral de la Seine-Maritime.</font></font></p>
  195. <p>&nbsp;</p>
  196. <p>Je tiens de <a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2006/11/09/francois_gaudin_et_la_lexicographie_1" target="_blank">Fran&#231;ois Gaudin</a> &#8211; qui en a assur&#233; l'&#233;dition et la pr&#233;sentation avec Jean-Yves Mollier&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[1]</em></font> &#8211; le pr&#233;cieux petit livre que voici.</p>
  197. <p>Maurice Lach&#226;tre, figure hors normes s'il en fut&nbsp;: lexicographe, historien, journaliste, auteur et libraire-&#233;diteur (en 1842-1843, les dix volumes illustr&#233;s de son <em>Histoire des papes. Crimes, meurtres, empoisonnements, parricides, adult&#232;res, incestes</em> feront date dans la litt&#233;rature anticl&#233;ricale, il engage &#224; partir de 1849 la publication des <em>Myst&#232;res du peuple</em> d'Eug&#232;ne Sue, fait para&#238;tre &#224; partir de 1872, depuis son exil espagnol, la premi&#232;re traduction fran&#231;aise du <em>Capital</em> de Marx&#8230;).</p>
  198. <p>C'est au d&#233;but des ann&#233;es 1850 qu'il met en chantier son <em>Dictionnaire du peuple</em>, dont les premiers fascicules para&#238;tront deux ans plus tard sous le titre de <em>Dictionnaire universel</em>. L'entreprise conna&#238;tra compl&#233;ments, d&#233;clinaisons et nouvelles &#233;ditions&nbsp;; elle suscitera tout un dispositif commercial, dont les deux documents mis au jour par Fran&#231;ois Gaudin et Jean-Yves Mollier offrent un aper&#231;u saisissant&nbsp;: ces <em>Conseils aux courtiers en librairie</em> et ces <em>Instructions sur l'organisation des Docks du Commerce et de la Libraire</em>&nbsp;<font size="1" color="red"><em>[2]</em></font> d&#233;montrent &#224; l'envi que le professionnel engag&#233; dans une cause que les ann&#233;es et l'exp&#233;rience ne feront que conforter, loin d'agir en id&#233;aliste berc&#233; de l'illusion que les id&#233;es rayonnent d'elles-m&#234;mes, met en &#339;uvre au quotidien un pragmatisme et un sens de la vente qui ne se paient pas de marketing fumeux&nbsp;: Maurice Lach&#226;tre donne des chiffres, se livre sous forme de tableaux &#224; des simulations de ce que peut esp&#233;rer gagner, en rejoignant son entreprise, &#171;&nbsp;toute personne ayant une certaine &#233;ducation, offrant des garanties d'honorabilit&#233; et, surtout, anim&#233;e de l'amour du travail&nbsp;&#187;.</p>
  199. <p>Fran&#231;ois Gaudin et Jean-Yves Mollier font pr&#233;c&#233;der le texte de ces deux brochures retrouv&#233;es de vingt pages d'introduction et de pr&#233;sentation de Maurice Lach&#226;tre d'une impeccable efficacit&#233;&nbsp;: on sait combien, lorsqu'on ma&#238;trise son sujet, il est souvent ardu de faire bref et, surtout clair&nbsp;; la qualit&#233; de leur synth&#232;se constitue la troisi&#232;me bonne raison de ne pas manquer cette publication.</p>
  200. <p>&nbsp;</p>
  201. <p>&nbsp;</p>
  202. <div align="center">
  203. <a href="http://www.univ-rouen.fr/irshs/users/purh/article.php?id_article=541" target="_blank">Pour <strong>commander l'ouvrage</strong> sur le site<br />des Presses universitaires de Rouen et du Havre [cliquer ici].</a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="25" alt="cadratin_blog" /><br /><font color="#7788AA">(Re)lire sur ce site&nbsp;: <a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2004/11/05/maurice_lachatre_1_ecce_homo_1" target="_blank"><strong>Maurice Lach&#226;tre</strong>&nbsp;:<br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><strong>1</strong> &#8211; <em>Ecce homo</em></a><br /><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/cadratin.gif" width="1" height="5" alt="cadratin_blog" /><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2004/11/19/maurice_lachatre_2_stigmates" target="_blank"><strong>2</strong> &#8211; Stigmates</a></font></div>
  204. <p>&nbsp;</p>
  205. <p>&nbsp;</p>
  206. <p><font size="1"><font color="red">[1]</font> Jean-Yves Mollier, professeur &#224; l'universit&#233; de Versailles-Saint Quentin, sp&#233;cialiste de l'histoire de l'&#233;dition, est notamment l'auteur des biographies de Louis Hachette et de Michel et Calmann L&#233;vy. Il avait sign&#233; le chapitre inaugural de l'ouvrage dirig&#233; par Fran&#231;ois Gaudin en 2006, <a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/2006/11/09/francois_gaudin_et_la_lexicographie_1" target="_blank"><em>Le Monde perdu de Maurice Lach&#226;tre</em></a>.</font><br /><font size="1"><font color="red">[2]</font> Raison sociale que prend son entreprise en 1864, au 38 du boulevard S&#233;bastopol &#224; Paris.</font></p>
  207. <p>&nbsp;</p>
  208. <span class="img_left"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/lunettes_index.jpg" border="0" alt="lunettes_index" /></a></span><br /><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font size="2" color="#A0522D">CE BLOG DISPOSE D'UN INDEX</font><br /><font size="2" color="#666666">Retrouvez une chronique ancienne<br />Naviguez par th&#232;mes&#8230;</font></a><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><img src="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/media/blanc.jpg" border="0" alt="blanc" /></a><br />
  209. <div align="center"><a href="http://blog-dominique.autie.intexte.net/blogs/index.php/all/2005/06/23/" target="_blank"><font color="#7788AA">Cliquez ici</font></a></div>
  210. ]]></content>
  211. </entry>
  212. </feed>
  213. <div class="error"><p class="error">MySQL error!</p><p>Access denied for user: 'intexteblog@%' to database 'intexteblog'(Errno=1044)</p><p class="error">Your query: <br /><pre>INSERT INTO evo_hitlog( visitTime, visitURL, hit_ignore, referingURL, baseDomain,
  214.                                    hit_blog_ID, hit_remote_addr, hit_user_agent )
  215.          VALUES( FROM_UNIXTIME(1496030620), '/blogs/xmlsrv/atom.php?blog=1', 'rss',
  216.                  '', '', 1,
  217.                  '69.163.225.115', 'FeedValidator/1.3')</pre></p></div>
Copyright © 2002-9 Sam Ruby, Mark Pilgrim, Joseph Walton, and Phil Ringnalda